top of page

Comment optimiser la rééducation des séniors?

Dernière mise à jour : 14 mars


un patient âgé se fait traiter par un kinésithérapeute

Comment adapter les approches de traitement pour des résultats optimaux?


En 2020, l'INSEE a révélé que les individus âgés de 65 ans et plus représentaient 20,5 % de la population. D'ici 2060, le nombre de personnes de plus de 60 ans atteindra 23,6 millions, soit une personne sur trois. Cette évolution démographique pose un défi significatif pour les kinésithérapeutes.


En tant que kinésithérapeutes, nous jouons un rôle crucial face aux défis posés par le vieillissement de la population. Par conséquent, il est impératif d'adapter nos méthodes de traitement pour répondre aux besoins spécifiques de ce groupe d'âge. En comprenant l'importance de s'ajuster aux capacités et aux besoins uniques de chaque patient âgé, nous pouvons véritablement optimiser la rééducation des séniors et libérer leur plein potentiel.


Cependant, pour traiter efficacement ces patients, une évaluation complète est nécessaire pour identifier les signes de fragilité et les risques de perte d'autonomie. Grâce au raisonnement clinique, nous pouvons décrypter la source des limitations d'activité chez les patients âgés. Cette compréhension des processus physiologiques et cellulaires du vieillissement, combinée au raisonnement clinique, nous permet de proposer des traitements, des exercices et des techniques appropriés.


Nous savons que les personnes âgées peuvent présenter une gamme de pathologies, de troubles, de limitations physiques et de défis fonctionnels. Au-delà de la sarcopénie liée à l'âge, pour laquelle l'entraînement en résistance est un traitement efficace (bien qu'il soit essentiel d'adapter les séances et les exercices en fonction de l'évaluation et du raisonnement individuel) nous sommes également confrontés à des patients souffrant de douleurs, de troubles cognitifs, de kinésiophobie ou de peur de tomber. La liste est longue.


Mais sommes nous familiers avec toutes les techniques disponibles pour nous adapter à cette population ? Sommes nous pleinement préparés à aborder ces diverses pathologies ?


En ce qui concerne la douleur, la kinésiophobie ou la peur de tomber, nous comprenons désormais la valeur de l'intégration d'approches telles que les thérapies cognitives et comportementales. Le modèle comportemental et cognitif de la peur et de l'évitement impacte négativement l'expérience elle-même, l'état émotionnel ainsi que le fonctionnement physique, psychologique et social des individus. Ce cycle de comportement peut être rompu.


rééducation d'un patient sénior

En tant que kinésithérapeutes, nous avons un rôle essentiel dans l'optimisation du potentiel de nos patients âgés en rééducation. En personnalisant les méthodes de traitement en fonction des besoins et des capacités individuelles de chaque personne, nous pouvons améliorer leur autonomie fonctionnelle, soulager leurs douleurs et améliorer leur qualité de vie.

L'importance de cette adaptation ne peut être surestimée, car elle maximise les résultats et favorise le bien-être des personnes âgées.


Et, vous, comment exploitez vous le potentiel de vos patients âgés en rééducation ?


Si vous souhaitez vous former et améliorer votre pratique : https://www.accesformation.fr/geriatrie-artico




162 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page