Prise en charge contemporaine des céphalées en kinésithérapie

Formation destinée aux kinésithérapeutes libéraux et salariés

La compréhension des céphalées et de la physiopathologie de la chronicisation de ses symptômes a évolué au regard de la littérature et conditionne donc l’utilisation d’évaluation valide et fiable pour orienter le patient vers le traitement le plus adapté. Les connaissances sur la modulation de la douleur, l’évaluation des facteurs de chronicisation des céphalées et le triage des patients à partir d’une approche multidisciplinaire (traitements kinésithérapique et médicamenteux) doivent être maîtrisés pour permettre aux patients présentant des céphalées de recevoir le traitement le plus adapté permettant l’amélioration de leurs symptômes, de leur fonction et de leur qualité de vie.

4 et 5 février 2022 - Bordeaux

Tarif :  546€

Les céphalées sont un symptôme clinique et comptent parmi les affections du système nerveux les plus répandues dans la population. Il s’agit d’une manifestation douloureuse et invalidante pouvant être déclenchée par une cause primaire (migraine, céphalée de tension, algie vasculaire de la face...) ou secondaire (vasculaire, infectieux, traumatique, médicamenteux..). Ce symptôme constitue un motif fréquent de consultation en cabinet de médecine générale et est également un motif fréquent de recours aux urgences. A l’échelle mondiale, la prévalence estimée des céphalées chez l’adulte est d’environ 70 % (épisode douloureux ressentie au moins une fois dans l’année). Variant considérablement d’une région du monde à une autre, les céphalées sont toutefois considérées comme un enjeu de santé publique en termes d’incapacité et de coût financier pour la société. L’impact financier principal est la perte d’heures de travail et la baisse de productivité. L’étude mondiale de la charge de morbidité, classe en 2016 les céphalées dans leur ensemble comme 2ème cause responsable d’années vivant avec le symptôme. Les céphalées impactent l’ensemble des dimensions de la vie du patient (personnelle et professionnelle) et contribuent à fortement modifier les comportements telle que l’appréhension constante du prochain épisode douloureux.

Les céphalées primaires (migraine et céphalée de tension entre autres) sont les plus prévalentes dans la population et leurs diagnostics reposent sur des critères précis d’interrogatoire de la Classification Internationale de Céphalées avec un examen clinique normal ne justifiant pas d’examens complémentaires.

Les céphalées secondaires sont d’étiologies multiples et nécessitent une confirmation diagnostique basée sur un examen clinique et selon les cas d’explorations complémentaires (comme le scanner cérébral et cervical, imagerie par résonance magnétique cérébrale...). Les céphalées secondaires dites cervicogéniques, selon les critères internationaux, sont à rapporter à une affection musculosquelettique cervicale dont l’identification par un neurologue peut être difficile. En effet, ce type de céphalée se présente par une hémicrânie +/- associée à une cervicalgie et parfois des sensations vertigineuses.

La compréhension des céphalées et de la physiopathologie de la chronicisation de ses symptômes a évolué au regard de la littérature et conditionne donc l’utilisation d’évaluation valide et fiable pour orienter le patient vers le traitement le plus adapté. Les connaissances sur la modulation de la douleur, l’évaluation des facteurs de chronicisation des céphalées et le triage des patients à partir d’une approche multidisciplinaire (traitements kinésithérapique et médicamenteux) doivent être maîtrisés pour permettre aux patients présentant des céphalées de recevoir le traitement le plus adapté permettant l’amélioration de leurs symptômes, de leur fonction et de leur qualité de vie.

 

Objectifs pédagogiques

 

  1. Être en mesure de réaliser un interrogatoire approfondi du patient présentant une céphalée et/ou une douleur faciale au regard des critères de la Classification Internationale des Céphalées

  2. Être capable de trier les patients à partir du diagnostic différentiel et de leur tableau clinique et reconnaître les situations lorsque l’avis d’un spécialiste est nécessaire

  3. Définir les mécanismes d’action et l’intérêt du traitement pharmacologique en fonction du tableau clinique du patient pris en charge en kinésithérapie

  4. Savoir reconnaître les situations cliniques impliquant le recours à un médecin pour la demande d’un examen complémentaire (imagerie, ponction lombaire, etc...)

  5. Savoir réaliser un examen clinique adapté pour la formulation d’hypothèses cliniques en vue de la planification du traitement

  6. Appliquer les stratégies thérapeutiques les plus adaptées au patient selon la forme de céphalées et de douleurs faciales qu’il présente

  7. Être en mesure de réévaluer les patients pour définir la pertinence du traitement proposé

 

Liste des publics cibles

 

Formation qui s’adresse aux kinésithérapeutes libéraux et salariés. 

 

Pré-requis

 

Il n’y a pas d’autre pré-requis pour s’inscrire à cette formation que d’être professionnel dans l’une des professions ciblées

 

Durée de la formation et modalités d’organisation 

 

La durée de la formation : 14 heures

Sur 2 journées

Effectif max : 20 pers

Accessibilité : situation de handicap

Contenu de la formation

 

Jour  1 :

 

Jour 2 :

 

 

 

Anthony Demont est un kinésithérapeute travaillant à temps partiel en libéral à Paris et ayant une prise en charge spécifique des pathologies douloureuses chroniques dont particulièrement les céphalées en collaboration avec plusieurs services hospitaliers spécialisés dans la prise en charge des céphalées. Il est actuellement Doctorant à la Faculté de Médecine de l’Université de Paris avec pour sujet l’évaluation de l’accès direct à la kinésithérapie pour les patients présentant des pathologies musculosquelettiques. Il est aussi enseignant contractuel auprès de l’Université d’Orléans sur la prise en charge des pathologies cervicales et des céphalées et associées et l'utilisation d'outils d'évaluation en rééducation musculosquelettique comme l'échographie.

Il a participé à la rédaction de plusieurs articles pour des revues scientifiques sur la prise en charge des céphalées en kinésithérapie. Il a présenté fréquemment des communications orales sur ce thème pour des sociétés savantes médicales et kinésithérapiques.

Il est membre de la Société Française d’Etudes des Migraines et Céphalées et Trésorier adjoint du Réseau Hôpital-Ville Lutte contre la douleur d’Ile-de-France.

Accord de prise en charge DPC et FIFPL en cours de demande